ELSA PELLERIN - 06 63 69 49 95

Home » articles sgm » La clientèle masculine du massage bien-être

La clientèle masculine du massage bien-être

Le 16 mars 2010 :


La clientèle masculine du massage bien-être.

massage en cabinet

 

    S’offrir un moment de relaxation dans un institut de beauté, un geste simple pour les femmes. Un déclic un peu moins automatique pour les hommes. « Personnellement, j’ai peur de pousser la porte de ces endroits. Je n’ai pas envie d’être regardé étrangement », confie Patrice, 38 ans, qui ne s’est jamais lancé.

    Certains ont tenté leur chance, au risque d’être souvent rabroués. Medhi Quinchon, menuisier de 24 ans, installé à Saint-Brieuc, a découvert les modelages du corps à l’âge de 18 ans. Son problème : « Quand il s’agit du dos, on peut trouver un rendez-vous. Mais dès que l’on demande le même soin qu’une femme, à savoir tout le corps, c’est le refus quasi systématique. Étant donné que ce sont essentiellement des femmes qui font les soins, elles doivent avoir peur de la réaction des hommes… »

    La mieux placée pour s’en rendre compte, c’est Aurélie Bouteleux. À 32 ans, cette aide-soignante de formation, qui continue à exercer à temps partiel, vient de créer son activité de modelage relaxant, à Ploufragan, dans les Côtes-d’Armor.

    Aurélie a suivi la formation Sensitive Gestalt massage : un modelage du corps, sans visée médicale ou thérapeutique, doux et enveloppant, pratiqué à même la peau.

    65 % d’hommes dans sa clientèle

    Le constat parle de lui-même. Installée depuis quatre mois, elle compte 65 % d’hommes dans sa clientèle. « J’ai tout de suite eu beaucoup d’appels, avec toujours cette question : est-ce que vous acceptez les hommes ? Parfois, ce sont même leurs épouses qui appellent les premières. »

    Pour elle, pas de différence entre les deux sexes. « Tout le monde a le droit de profiter des vertus d’un moment de détente. Les hommes comme les femmes. » Mais le fait est que sur sa table de massage, les hommes sont largement représentés.

    Ce n’est pas pour autant qu’elle jette la pierre aux instituts qui ont décidé de ne plus accepter les hommes ou de limiter leurs offres pour ces messieurs. « Malheureusement, certains se méprennent sur le type de modelage… Au téléphone, j’ai parfois eu, moi aussi, à recadrer les choses. Mais je n’ai jamais eu aucun souci en séance. »

    Les coups de fil masculins continuent d’affluer. Signe que, sans le vouloir, Aurélie a certainement mis le doigt sur un joli filon.

Source : Delphine LE NORMAND – Ouest France.

Comments are closed.